Économie circulaire

L’économie circulaire s’impose comme une alternative durable au modèle économique linéaire « Matières premières extraites > production > consommation > déchets » qui prévaut dans notre société depuis la révolution industrielle. Son objectif est de découpler la croissance économique de l’épuisement des ressources naturelles, tout en mettant notamment l’accent sur de nouveaux modes de conception, de production et de consommation. Le prolongement de la durée d’usage des produits, l’usage plutôt que la possession de biens, la réutilisation et le recyclage des composants sont aussi visés. Ce faisant, l’économie circulaire crée de la valeur ajoutée sur un plan social, économique et environnemental.

Les trois pays du Benelux veulent jouer un rôle de précurseur en cette matière au sein de l’UE, raison pour laquelle le Comité de Ministres a adopté la directive Benelux relative à la mise en pratique de l’économie circulaire. Les pays Benelux veilleront à son application notamment via deux projets très concrets concernant la réparabilité et la gestion des déchets.

En outre, des journées d’échanges pourront être organisées dans le cadre d’un cycle de rencontres thématiques
(au sujet par exemple des indicateurs d’économie circulaire ou encore des aspects de financement).

Objectif 1 : Stimuler l’écoconception par la réparabilité

L’étude Benelux relative à la réparabilité de certains produits (lien avec l’obsolescence programmée), de sorte à
développer des critères de réparabilité par catégories de produits, est finalisée. Une journée de rendu permettra
de disséminer les résultats et de rendre public le rapport final de l’étude.

Objectif 2 : Gestion des déchets

La recommandation Benelux relative au statut de fin de déchet pour le papier vise à donner naissance à un
marché intérieur pour les déchets de papier recyclés. Un événement est organisé avec la collaboration du secteur
pour explorer et mettre en exergue les opportunités sur ce nouveau marché. Cet événement traite également de la recommandation Benelux relative aux déchets de construction et de démolition, qui a été adoptée récemment.
De plus, on explorera la possibilité pour les pays Benelux de jouer un rôle transfrontalier dans la mise en oeuvre
du livre vert européen sur les déchets plastiques.

En outre, on oeuvre à l’élaboration d’un inventaire des déchets recyclés disponibles (granulats) issus des activités
de construction et de démolition, une approche commune pour limiter les déchets alimentaires (gaspillage) et l’extension éventuelle du projet pilote existant intitulé European Data Interchange for Waste Notification (EUDIN, un projet pilote sur la numérisation des lettres de voiture dans le secteur du transport de déchets) à l’ensemble du territoire Benelux.