Nouvelles

< Retour

Les pays du Benelux et les États baltes reconnaissent automatiquement leurs diplômes respectifs

27-09-2021 453


Les pays du Benelux - Belgique, Pays-Bas, Luxembourg - et les États baltes - Estonie, Lettonie et Lituanie – lancent officiellement aujourd'hui le Traité portant sur la reconnaissance mutuelle automatique des niveaux des diplômes d'enseignement supérieur.

Ce Traité prévoit que toute personne ayant obtenu un diplôme d’enseignement supérieur visé par le Traité dans l'un des pays du Benelux ou des États baltes est assurée que le niveau de son diplôme sera automatiquement reconnu dans les autres pays signataires. Concrètement, les diplômés ne devront plus faire face à de longues procédures de reconnaissance et aux coûts y relatifs, ainsi qu'à une situation d'incertitude pour savoir si leur diplôme est valable dans le pays où ils souhaitent travailler ou poursuivre leurs études. Pour les titulaires de tels titres de formation, cela représente une simplification administrative immédiate.

En 2015, les pays du Benelux ont introduit une reconnaissance mutuelle automatique des niveaux des diplômes de bachelor et de master, à laquelle se sont ajoutés en 2018 les ‘associate degrees’ et les doctorats. De leur côté, les États baltes reconnaissaient également déjà mutuellement leurs diplômes. Les deux groupements de pays ont estimé qu’il y avait une réelle valeur ajoutée à nouer des liens dans ce domaine et ont, à ce titre, signé en 2019 une déclaration d’intention.  Aujourd'hui, le Traité qui en résulte va être officiellement lancé lors d'un événement à Bruxelles. Ce Traité facilitera la libre circulation des personnes possédant un diplôme délivré par un des six pays et qui souhaitent étudier ou poursuivre leur carrière professionnelle dans un autre État.

Par cette reconnaissance automatique des diplômes, les pays suppriment ainsi un obstacle potentiel aux études ou à la recherche d'un emploi dans l'un de ces pays. Cette mesure peut également faciliter la recherche d'un emploi grâce à une meilleure comparabilité des niveaux d'études.

Les pays du Benelux et les États baltes forment désormais la seule région de l'espace européen de l’enseignement supérieur où le niveau des diplômes de l'enseignement supérieur est automatiquement reconnu. Ils sont ainsi des pionniers en la matière, leur ambition étant que d'autres pays s’engagent également dans cette voie. Le Traité est donc ouvert à l'adhésion d'autres pays de l'espace européen de l'enseignement supérieur pour autant que les exigences de qualité requises en vue d’une reconnaissance mutuelle automatique et générique du niveau des diplômes soient respectées.

"J'espère que d'autres pays ou régions rejoindront ce Traité à l'avenir. Nous veillerons toujours à la qualité des diplômes, mais nous voulons donner plus de substance à l'Espace européen de l'enseignement supérieur, qui reste encore trop lettre morte. Cet accord avec les États baltes est un important tremplin. La Flandre a une économie ouverte et une vision ouverte du monde. Il doit devenir plus facile de faire des études supplémentaires dans un autre pays ou d'accepter un emploi de l'Espagne à la Finlande, et tout ce qui se trouve entre les deux", déclare Ben Weyts, ministre flamand de l’Enseignement.

« Cet accord démontre la volonté d’ouverture mutuelle des pays du Benelux et des États baltes. Il offrira de nouvelles opportunités pour les étudiants francophones, facilitera la mobilité des travailleurs et contribuera à créer une Europe plus unie. Je salue le rôle moteur joué par nos 6 pays dans l’approfondissement de l’espace européen de l’enseignement supérieur, et espère que d’autres États européens s’inscriront rapidement dans une dynamique similaire », souligne Valérie Glatigny, Ministre de l’Enseignement supérieur en Fédération Wallonie-Bruxelles.

« En Communauté germanophone de Belgique, nous vivons dans une région frontalière. La proximité de nos pays voisins se traduit inévitablement par un niveau élevé de mobilité transfrontalière, tant sur le marché du travail que dans l'enseignement. La reconnaissance mutuelle automatique des diplômes de l'enseignement supérieur offre donc une grande valeur ajoutée à notre communauté pour les raisons mentionnées ci-dessus. Que la Communauté germanophone fasse partie de ce Traité me réjouit. J'espère que d'autres pays adhéreront bientôt au Traité afin que nous puissions davantage étendre le rayon d'action », déclare Lydia Klinkenberg,  ministre de l'Education du gouvernement de la Communauté germanophone.

« C'est un grand pas pour les étudiants et l'enseignement supérieur. Cela était déjà prévu dans les pays du Benelux et maintenant les pays baltes s'y joignent. De cette manière, nous augmentons la mobilité des étudiants et cette reconnaissance automatique s'inscrit dans la société ouverte que sont les Pays-Bas et l'enseignement néerlandais », déclare Ingrid van Engelshoven, ministre de l’Enseignement des Pays-Bas.

« Pour le Luxembourg en tant que petit pays multilingue et multiculturel, la mobilité des étudiants et des jeunes de manière générale revêt une importance toute particulière, sachant que 80% des étudiants luxembourgeois poursuivent leurs études à l’étranger et que plus de 50% des étudiants à l’Université du Luxembourg sont étrangers. En ce sens, la signature de ce Traité constitue pour nous une avancée importante, notamment parce qu’il nous permet de contribuer au développement de l’espace européen de l’enseignement supérieur et de servir – nous l’espérons – de modèle à d’autres pays européens », déclare Claude Meisch, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche du Grand-Duché de Luxembourg.

La ministre de l'éducation, des sciences et des sports de Lituanie, Mme Jurgita Šiugždinienė, a déclaré : " Nous sommes heureux de lancer le Traité multilatéral sur la reconnaissance automatique des qualifications de l'enseignement supérieur, le premier de ce type en Europe. Il a été grandement facilité par la confiance mutuelle inspirée par la mise en œuvre des outils de Bologne et par l'étroite coopération régionale entre les pays du Benelux et les États baltes. Je suis fière que la Lituanie fasse partie des pionniers en la matière, et je crois fermement que ce n'est qu'un début. J'espère que ce traité servira d'inspiration dans l'Europe élargie et que d'autres pays seront disposés à suivre le mouvement et à y adhérer".

"La mission du Benelux est d'apporter une valeur ajoutée au bénéfice de nos citoyens et d'être un laboratoire vivant de l'intégration européenne. Avec ce traité, nous promouvons activement les échanges et favorisons la mobilité des étudiants, encourageant ainsi les jeunes Européens à partager leur avenir commun", déclare Alain de Muyser, Secrétaire général de l'Union Benelux

 


 

Benelux countries and Baltic States automatically recognize each other's diplomas 

The Benelux countries - Belgium, the Netherlands, Luxembourg - and the Baltic States - Estonia, Latvia, and Lithuania - are today officially launching the treaty on the automatic mutual recognition of higher education qualifications

Under the treaty, anyone who has obtained a higher education qualification covered by the treaty in one of the Benelux countries or the Baltic States is assured that the level of their qualification will be automatically recognized in the other signatory countries. In practical terms, graduates will no longer have to face lengthy recognition procedures and the associated costs, nor will they be uncertain whether their qualification is valid in the country where they wish to work or continue their studies. For holders of such qualifications, this represents an immediate administrative simplification. 

In 2015, the Benelux countries introduced automatic mutual recognition of bachelor's and master's degree levels, to which associate degrees and doctorates were added in 2018. The Baltic States also already mutually recognized their qualifications. The two groups of countries considered that there was real added value in establishing links in this area and signed a declaration of intent in 2019.  Today, the resulting treaty will officially be launched at an event in Brussels. The treaty will facilitate the free movement of people with a degree from one of the six countries who wish to study or pursue their professional career in another state party. 

By automatically recognizing diplomas, the countries remove a potential obstacle to studying or finding a job in one of the countries. This measure can also facilitate the search for a job through better comparability of educational levels. 

The Benelux countries and the Baltic States are now the only region in the European Higher Education Area where the level of higher education qualifications is automatically recognised. They are thus pioneers in this field, and their ambition is that other countries will also join. The Treaty is therefore open to the accession of other countries in the European Higher Education Area, provided that the quality assurance conditions required for automatic and generic mutual recognition of degree levels are met. 

"I hope that other countries or regions will join this treaty in the future. We will always watch over the quality of diplomas, but we do want to give more substance to the European Higher Education Area - which still remains too much of a dead letter. This agreement with the Baltic States is an important steppingstone. Flanders has an open economy and an open view of the world. It must become easier to do an additional study in another country or to accept a job from Spain to Finland, and everything in between", says Ben Weyts, Flemish Minister for Education

"This agreement demonstrates the mutual openness of the Benelux countries and the Baltic States. It will offer new opportunities for French-speaking students, facilitate the mobility of workers and contribute to creating a more united Europe. I welcome the leading role played by our six countries in the deepening of the European Higher Education Area, and hope that other European states will quickly join a similar dynamic", underlines Valérie Glatigny, Minister for Higher Education in the Wallonia-Brussels Federation

“In the German-speaking Community of Belgium, we live in a border region. The proximity of our neighbouring countries inevitably results in a high level of cross-border mobility, both in the labour market and in education. The automatic mutual recognition of higher education diplomas therefore offers great added value to our community for the reasons mentioned above. I am pleased that the German-speaking Community is part of this treaty. I hope that other countries will soon join the treaty so that we can further extend the reach”, says Lydia Klinkenberg, Minister of Education and Scientific Research of the Government of the German-speaking Community

"This is a great step for students and higher education. Within the Benelux countries this was already arranged and now the Baltic states are joining in. In this way we increase the mobility of students, and this automatic recognition fits in with the open society that the Netherlands and Dutch education are”, says Ingrid van Engelshoven, the Dutch minister of Education. 

"For Luxembourg as a small multilingual and multicultural country, the mobility of students and young people in general is of particular importance, given that 80% of Luxembourg students study abroad and that more than 50% of the students at the University of Luxembourg are foreigners. In this sense, the signing of this Treaty is an important step forward for us, especially because it allows us to contribute to the development of the European Higher Education Area and to serve - we hope - as a model for other European countries", says Claude Meisch, Minister for Higher Education and Research of the Grand Duchy of Luxembourg

Minister of Education, Science and Sport of Lithuania Ms. Jurgita Šiugždinienė said: “We are happy to launch the multilateral Treaty on automatic recognition of higher education qualifications, the first of this kind in Europe. It has been greatly facilitated by the mutual trust inspired by the implementation of the Bologna tools and close regional cooperation among the Benelux countries and the Baltic States. I am proud of Lithuania being among the front-runners. And I strongly believe that this is merely the beginning. I hope that this Treaty will serve as an inspiration within the wider Europe and other countries will be willing to follow suit and accede”. 

The mission of Benelux is to be of added value for the benefit of our citizens, and to be a living laboratory for European integration. With this Treaty we actively promote exchanges and foster the mobility of students, thus encourage young Europeans to share their common future”, says Alain de Muyser, Secretary-General of the Benelux Union

 

Actualité

Les responsables des services vétérinaires du Benelux, de la France et de l’Allemagne se penchent su...

12 oct. 2021 58

Ce 12 octobre s’est tenue une concertation des responsables des services vétérinaires (CVO’s) de nos trois pays, de la France et de l’Allemagne. Le sujet central était la nouvelle législation européenne « santé animale ». Cette réunion donnait suite à une précédente réunion de ces ... Lire plus

Journée de formation commune portant sur la détection de la fraude au carrousel TVA

06 oct. 2021 102

Le 6 octobre dernier, des délégations des trois pays Benelux et de la France se sont retrouvées au SPF Finances à Bruxelles, pour une formation relative à l’utilisation du Transaction Network Analysis, organisée conjointement par le Secrétariat général et la présidence belge du Ben... Lire plus

Grande opération transfrontalière contre la criminalité liée à la drogue

04 oct. 2021 116

Du jeudi 30 septembre au dimanche 3 octobre 2021, les services de police et de douane des Pays-Bas, du Luxembourg, de France et de Belgique ont organisé une action transfrontalière contre le trafic de drogue et le tourisme de la drogue. Parmi les 1243 personnes co... Lire plus

actualités liées